Fonds de Dotation pour la recherche en Dermatologie
Logo du Fonds de dotation de la Société Française de Dermatologie Menu

Maintenant
je peux soutenir
la recherche sur la peau
en France.
→ Édito

20 ans de progrès
Traitement des maladies bulleuses auto-immunes

,

catégorie dermatose bulleuse auto-immune

Le traitement des maladies bulleuses auto-immunes a considérablement progressé ces dernières années, ce qui a permis une amélioration du taux de guérison et une meilleure tolérance des traitements. Ces progrès sont dus à une meilleure compréhension du mécanisme de ces maladies, et à des innovations thérapeutiques élaborées en France par le groupe « Bulle » de la Société Française de Dermatologie.

Les maladies bulleuses auto-immunes sont des maladies rares, potentiellement graves, liées à un dérèglement du système immunitaire, qui au lieu de fabriquer des anticorps utiles pour nous protéger, fabrique à tort des anticorps anormaux dirigés contre notre propre peau et nos muqueuses. Ces anticorps se fixent sur la peau et parfois sur les muqueuses buccale, nasale, oculaire mais aussi sur les muqueuses anale et génitale. Ceci entraine l’apparition de cloques d’eau appelées « bulles ». Lorsqu’elles confluent sur de grandes surfaces, la couche superficielle de la peau se décolle avec un aspect de « grand brulé ».

Ces maladies bulleuses ne sont pas contagieuses et elles ne peuvent pas s’attraper auprès d’une personne malade.

Différentes maladies bulleuses auto-immunes existent selon le type d’anticorps anormaux fabriqués par notre système immunitaire. Les plus fréquentes sont la pemphigoïde bulleuse, le pemphigus et la pemphigoïde cicatricielle.

Leur traitement repose classiquement sur la cortisone par voie générale qui est efficace mais qui entraîne des effets indésirables, surtout lorsqu’on doit en prendre pendant plusieurs mois ou années, ce qui est le cas dans ces maladies.

Les progrès récents ont permis de mieux comprendre le mécanisme de ces maladies. Les auto-anticorps se fixent sur les protéines qui collent les couches de la peau (ou des muqueuses) les unes sur les autres. La fixation des auto-anticorps sur ces protéines de collage fait qu’elles ne remplissent plus leur rôle. L’épiderme se détache alors du derme, ce qui entraine la formation des bulles. Les lésions sont plus ou moins étendues en fonction de la quantité d’anticorps anormaux fabriqués par les lymphocytes. Le fait que notre système immunitaire se trompe et fabrique des anticorps anormaux est favorisé par des facteurs génétiques complexes.

Les progrès dans le traitement de ces maladies visent avant tout à essayer de donner moins de cortisone de façon à en diminuer les effets secondaires, tout en restant aussi, voire plus efficace, en y associant d’autres médicaments.

Ces nouveaux médicaments agissent en diminuant l’activité de notre système immunitaire et qui sont de ce fait appelés « immunosuppresseurs ». Ils sont globalement bien tolérés, mais augmentent légèrement le risque d’infection, de par leur effet sur le système immunitaire.

Le rituximab est un médicament qui est utilisé depuis une dizaine d’années dans ces maladies bulleuses auto-immunes et qui a permis des progrès thérapeutiques très importants. Il permet en effet de mieux guérir les formes sévères de la maladie, de raccourcir la durée du traitement par la cortisone et d’améliorer la tolérance du traitement en diminuant les effets secondaires. Ce médicament s’administre en perfusion et va détruire pendant plusieurs mois les lymphocytes B qui fabriquent les auto-anticorps anormaux à l’origine de ces maladies. Ainsi, le taux des auto-anticorps dans le sang diminue après les perfusions et les lésions guérissent car la peau et les muqueuses ne sont plus « attaquées » par ces auto-anticorps. Ce médicament est extrêmement efficace dans le pemphigus et dans la pemphigoïde cicatricielle. Il a moins souvent été utilisé dans les autres maladies bulleuses.

Les dermatologues Français qui prennent en charge ces maladies se sont structurés en un réseau de centres de compétence et de centres de référence spécialisés dans la prise en charge des malades atteints de maladies bulleuses. Ils collaborent avec une association de patients qui aide les malades à vivre avec leur maladie au quotidien.

Le travail des dermatologues Français est reconnu au plan international car les dermatologues experts dans ce domaine ont fait des essais cliniques qui ont démontré l’efficacité de nouveaux médicaments comme le Rituximab.

La recherche continue et plusieurs grandes études sont en cours ou en projet en France et à l’étranger pour évaluer de nouveaux médicaments qui puissent mieux corriger le dérèglement du système immunitaire à l’origine de ces maladies.

  • ^ Centre de référence des CRNMBA , CRNMBA (Site officiel).
  • ^ association pemphigus , pemphigus.asso.fr (Site associatif).
  • ^ Le site des maladies rares en dermatologie , Fimarad.org (Site patients).
  • + d’articles dermatose bulleuse auto-immune

    En savoir plus

    je m'implique
    POUR LA PEAU

    En France

    Dernière mise à jour

    Carte des centres de recherche en dermatologie de France

    En savoir plus sur…

    Remonter Nous utilisons des témoins de connexion (cookies) pour faire fonctionner notre site et effectuer l'analyse statistique des visites (avec Google Analytics + iRaiser). Si vous continuez à utiliser ce dernier, nous considérerons que vous acceptez l'utilisation des cookies. OK